Trafic d’ivoire en Tanzanie

Trafic d’ivoire en Tanzanie

A l’occasion de la condamnation par la justice tanzanienne de madame Yang Feng Glan, surnommée la « reine de l’ivoire » à 15 ans de prison pour avoir exporté environ 860 défenses d’éléphants entre 2000 et 2014 (soit la mise à mort d’environ 500 pachydermes), il n’est pas inutile de rappeler les règles en vigueur en France et en Europe quant au commerce de l’ivoire. Si le trafic de défenses se fait essentiellement à destination du marché chinois, où l’artisanat de sculpture d’objets en ivoire est encore très vivace, toute importation de défenses d’éléphant ou d’objets en ivoire est totalement prohibée.

Pour mémoire, en France, le commerce et la détention d’objets en ivoire ou en corne de rhinocéros sont interdits depuis 2016. Un arrêté du 4 mai 2017, distingue quatre régimes différents :

– Interdiction : sont interdits le transport à des fins commerciales, le colportage, l’utilisation commerciale, la mise en vente, la vente ou l’achat des défenses brutes, morceaux d’ivoire brut, cornes brutes, morceaux ou poudre de corne ainsi que les ivoires et cornes travaillés datant d’après le 1er juillet 1975. En un mot : n’achetez jamais de souvenirs comportant de l’ivoire vendus ou non comme antiquités lors de vos safaris. Cela pourrez vous coûter cher de retour en France car les Douanes françaises sont très impliquées dans la répression du trafic d’espèces protégées.

– Dérogation : sont autorisés, sous condition de dérogation, le transport à des fins commerciales, le colportage, l’utilisation commerciale, la mise en vente, la vente ou l’achat d’objets fabriqués entre le 2 mars 1947 et 1er juillet 1975 et composés en tout ou en partie d’ivoire ou de corne de rhinocéros dès lors que la masse de la partie en ivoire ou en corne est supérieure à 200 grammes ;

– Déclaration : sont autorisés, sous condition de la déclaration préalable, le transport à des fins commerciales, le colportage, l’utilisation commerciale, la mise en vente, la vente ou l’achat d’objets fabriqués avant le 1er mars 1947 composés en tout ou en partie d’ivoire ou de corne lorsque la proportion d’ivoire ou de corne est supérieure à 20 % du volume.

– Libre : sont libres le transport à des fins commerciales, le colportage, l’utilisation commerciale, la mise en vente, la vente ou l’achat des items suivants :

1) objets fabriqués entre le 2 mars 1947 et 1er juillet 1975 composés en tout ou en partie d’ivoire ou de corne de rhinocéros dès lors que la masse de la partie en ivoire ou en corne est inférieure à 200 grammes ;

2) objets fabriqués avant le 1er mars 1947 composés en tout ou en partie d’ivoire ou de corne lorsque la proportion d’ivoire ou de corne est inférieure à 20 % du volume ;

3) touches et tirettes de jeux en ivoire des instruments de musique à clavier ainsi que, jusqu’au 4 février 2018, archets, objets de coutellerie et couverts de tables et objets de fumeurs fabriqués avant le 16 août 2016.

L’application de ces différents régimes implique une datation de l’ivoire ou de la corne dont l’arrêté précise qu’elle doit être établie par le détenteur, par tout moyen d’expertise et si nécessaire par radiodatation.

Netflix a tourné « Ivory game » un documentaire saisissant sur le trafic d’ivoire.A regarder de toute urgence.

Rhinocéros décorné pour éviter le braconnage