Objectif Zéro plastique

Objectif Zéro plastique

Afin de lutter contre la prolifération des déchets plastiques en Afrique, nous avons décidé de ne plus fournir de bouteilles d’eau individuelles à bord de nos 4×4 lors des safaris. En lieu et place, nos véhicules seront équipés d’une bonbonne de 20 litres réutilisable auprès de laquelle vous pourrez remplir vos gourdes. L’Afrique, mais aussi les océans, est en train d’être submergée par une vague de bouteilles plastiques sans précédent. En témoigne l’émission Cash Investigation qui en janvier, a diffusé une émission sur l’industrie du plastique. Les chiffres sont éloquents. Sur les 10 tonnes de plastique produites chaque seconde dans le monde, 1 tonne finit dans les océans. En Afrique, la situation devient elle aussi préoccupante depuis que la Chine refuse de recycler le plastique des autres pays.

Depuis, les bouteilles d’eau forment d’incroyables montagnes dont personne ne sait que faire. Plusieurs ONG paient en effet des ramasseurs afin que ces bouteilles ne finissent dans la nature, un budget remboursé par la vente du plastique à des usines de recyclage. Puisqu’il n’y a plus de débouchés, il y a fort à craindre que ce modèle économique ne s’effondre et que plus personne ne collecte ces bouteilles qui mettent des siècles à se décomposer dans la nature. Alors, à notre petit niveau, nous avons décidé de ne plus vous fournir des bouteilles d’eau dans les 4×4 en safari. A la place, nous vous incitons à venir avec votre propre gourde que vous pourrez remplir à une citerne de 20l qui sera à disposition dans les véhicules. Ce n’est pas innocent car en safari, 6 personnes consomment près de 10 l par jour, soit 10 bouteilles. A la fin d’un safari de 8 jours cela fait près de 100 bouteilles, à multiplier par les milliers de personnes qui font un safari chaque année. Avec ce geste simple, nous avançons vers notre objectif de zéro déchet !

pollution plastique en Afrique

Des pays avant-gardistes

A noter que nombre de pays africains sont également partis en croisade contre les sacs plastiques qui mettent entre 100 et 400 ans à se décomposer. Le Rwanda a ouvert la voie,  en 2004. Depuis, onze autres pays d’Afrique ont suivi : le Kenya, le Maroc, la Mauritanie, le Cameroun, la Guinée-Bissau, la Tanzanie, l’Ouganda, l’Éthiopie, le Mali, le Malawi et le Bénin. Ce dernier applique depuis le 27 juin une loi interdisant la fabrication, l’importation et la vente de sacs en plastique. Plus de 500 milliards de sacs plastique sont utilisés chaque année sur la planète, et 5% seulement sont recyclés. Au Mali, par exemple, l’usine de recyclage de Sévaré transforme les sacs plastiques en briquettes qui servent à paver les rues de la ville.