Safari en Tanzanie : Le parc national de Ruaha

Situé dans le centre de Tanzanie, le parc national de Ruaha est le deuxième plus grand parc du pays. Peu programmé par les voyagistes car loin des autres parcs (Tarangire, Manyara, Ngorongoro, Serengeti…), il mérite pourtant presque un voyage à lui seul tant ses paysages sont diversifiés et sa faune nombreuse ! Traversé par la rivière Ruaha, qui lui a donné son nom, le parc national de Ruaha couvre 10 300 km². Cet immense territoire offre une multitude de paysages très différents même si la savane arbustive parsemée d’acacias prédomine. Ces plaines sont le paradis des grands herbivores (girafe, grand koudou, antilope, buffle, zèbre, gazelle, élan…). Son originalité vient de ses grandes forêts de baobabs, plusieurs fois centenaires, et ses escarpements rocheux (kopje) qui culminent à près de 2 000m d’altitude, fief des léopards et des lions.

(suite…)

Tanzanie : la réserve du Sélous

Située au sud-est de la Tanzanie, la réserve du Sélous, classée au patrimoine mondial par l’UNESCO, fait partie d’un vaste territoire d’environ 155 000 km² dont une partie seulement est ouverte au safari touristique. Le reste est classé en réserve de gibier et fut pendant longtemps un territoire de chasse. Créée en 1922, elle doit son nom à l’explorateur anglais Frederick Courteney Sélous, né à Londres en 1852. A peine âgé de 19 ans, le voici au Cap avec la ferme intention de partir à la découverte d’une Afrique australe encore méconnue. En 1872, il part seul au nord du fleuve Limpopo, en territoire Ndebele. Il est reçu par le roi Lobengula qui lui accorde le privilège de chasser sur ses terres. Commence alors une longue période d’exploration qui l’amène jusqu’au bassin du Congo en passant par le Botswana, l’actuel Zimbabwe, la Tanzanie.

(suite…)

Namibie, le Fish River Canyon

Avec 45 000 ha, le parc du Fish Rover Canyon protège un paysage essentiellement minéral tailladé par des rivières, cascades et torrents. Jadis région agricole, la région et son fragile écosystème, désormais protégés, commencent seulement à se reconstituer. Le canyon a commencé à se former il a plus de 500 millions d’années, lorsqu’un glissement des plaques tectoniques a provoqué une faille naturelle. L’érosion a fait depuis fait son œuvre grâce à la Fish River, la plus longue rivière namibienne, qui a taillé son chemin dans le granit. 500 m de profondeur, 160 km de long, 27 km de large…les chiffres sont éloquents qui placent le Fish River Canyon au premier rang des canyons africains et au second au niveau mondial, tout juste devancé par le Grand Canyon.

(suite…)

Les secrets des peintures des Monts Matopos

Le CNRS et le quotidien Le Monde viennent de mettre en ligne une vidéo très intéressante qui dévoile nombre de secrets sur l’origine des peintures rupestres des Monts Matopos, au Zimbabwe. Situé au sud-est du Zimbabwe, à proximité de la ville de Bulawayo, le parc national des Monts Matopos a été créé en 1953 afin de préserver une nature particulière et la culture des San. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2003, le parc, d’une superficie de 4 000 km², doit son nom aux Ndebele, peuple local, qui ont baptisé cet endroit matopos ou « tête chauve », en référence aux étonnant chaos granitiques de roches amoncelées qui caractérisent les collines de cette région du Zimbabwe.

(suite…)

Zambie, le parc national de South Luangwa

Chez les amateurs de safari, le parc de South Luangwa, en Zambie, est considéré comme un lieu à part, unique en Afrique. Créé en 1938 comme réserve de chasse puis transformé en parc national en 1972, couvrant une superficie de 9 050 km², ce parc s’étire le long de la rivière Luangwa sur une bonne centaine de kilomètres. C’est cette rivière qui fait tout le charme du parc. Grâce à l’eau, la végétation foisonnante (2 000 espèces de plantes) est capable de  nourrir de nombreux herbivores (bushbuk, duiker, élan, koudou, impala, zèbre, gnou, girafe, buffle, éléphant…) qui font les beaux jours des prédateurs dont les rares lycaons. En tout, plus d’une centaine d’espèces animales ont été recensées dans le parc. Le rhinocéros est hélas le grand absent, exterminé par les braconniers, alors que les hippopotames affichent une des plus fortes densités africaines.

(suite…)

Ndutu, berceau de la Grande Migration

La région de Ndutu se trouve entre le cratère du Ngorongoro et le parc du Serengeti et fait partie de la Ngorongoro Conservation Area (NGA). D’une étendue de 8 288 km², l’aire de conservation englobe des sites naturels prestigieux tels que les cratères du Ngorongoro et d’Empakaai, les volcans Lengaï et Loolmalasin, le lac Eyasi et les sites archéologiques des gorges d’Olduvai et de Laitoli. C’est ici, de novembre à mars, dans ces immenses plaines herbeuses, que commencent à se regrouper et donner naissance à leurs petits, les gnous et les zèbres avant d’entamer leur lente migration vers le nord.

(suite…)

Safari au Zimbabwe : le parc national de Mana Pools

Créé en 1975 et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1984, le parc national de Mana Pools est le plus reculé des parcs du Zimbabwe. Situé tout au nord du pays, à la frontière de la Zambie et du Mozambique, loin de toute ville et des grandes routes, il abrite de nombreux animaux et protège, grâce à ses 677 000 ha de superficie, des paysages encore quasiment vierges et de toute beauté. Si quelques lodges commencent à s’y installer ( Chikwenya Camp), le parc est surtout fréquenté par visiteurs aimant l’aventure. Mana, qui signifie « quatre » en langue shona, désigne les quatre lacs permanents formés par le fleuve Zambèze.

(suite…)

Les chutes Victoria , version Zambie

Située à la frontière du Zimbabwe et de la Zambie, les chutes Victoria ont été découvertes en 1855 par l’explorateur David Livingstone. Il en avait eu connaissance en 1851, lors d’un voyage précédent mais n’avait pu les approcher. En 1855, il peut enfin s’y rendre après avoir suivi le Zambèze sur plusieurs kilomètres et pris une pirogue pour se poser sur la plus grande île avant les chutes, désormais appelées l’île Livingstone, à quelques mètres seulement des chutes et de ses nuages de vapeur d’eau. « Personne ne peut imaginer la beauté de cette vue. Ce spectacle n’a jamais été observé auparavant par des Européens. Seuls les anges ont eu cette chance » note t-il dans ses carnets de voyage.

(suite…)

Afrique du Sud, la route des vins

Tous les amateurs vont le diront, les vins sud-africains sont loin, trés loin, d’être mauvais. Avec une production annuelle dépassant deux millions de litres, l’Afrique du Sud, et plus particulièrement la région du Cap, se classe désormais parmi les cinq premiers pays viticoles mondiaux. Au départ du Cap, une petite heure de voiture permet d’aborder les vignobles et ses magnifiques « Wine Routes ». Les premiers ceps de vigne importés par les Huguenots français dans les années 1680 ont fait bien des petits. Tout l’arrière pays de la région du Cap en est couvert, de Stellenbosch à Paarl, de Franschoek à Worcester, de Robertson à Malmesbury.

(suite…)

La rivière Mara

La rivière Mara, longue de 395 km, coule entre le Kenya et la Tanzanie. Elle prend sa source dans les montagnes de l’ouest du Kenya, dans la vallée du grand Rift, donne son nom à la réserve nationale du Masai Mara, située au Kenya, avant de franchir la frontière avec la Tanzanie pour traverser le nord du parc national du Serengeti et de se jeter dans le lac Victoria. La rivière Mara est particulièrement célèbre pour ses scènes spectaculaires et parfois dramatiques qui ont lieu entre juin et octobre, lorsque des millions de gnous se lancent pour traverser la rivière en essayant de survivre aux attaques de crocodiles.

(suite…)

Safari en Namibie : le désert du Kalahari

Le désert du Kalahari s’étend sur plus de 900 000 km² entre l’Afrique du Sud, le Botswana et la Namibie. Il est délimité au sud par le fleuve Orange, qui marque la frontière naturelle entre la Namibie et l’Afrique du Sud, et à l’est par le fleuve Zambèze.Géologiquement, le Kalahari n’est pas vraiment un désert. Si les points d’eau permanent y sont rares, la végétation y est abondante ce qui lui donne plus un aspect de savane arborée qu’un désert uniquement minéral. On y trouve également des arbres, des acacias essentiellement, et une espèce locale appelée « baikiaea », de la famille des tecks.

(suite…)

L’art contemporain africain au Carreau du Temple

Forte du succès de première édition de 2016, AKAA – Also Known As Africa – revient du 10 au 12 novembre 2017 au Carreau du Temple. Première et unique foire en France d’art contemporain et de design centrée sur l’Afrique, AKAA a su séduire plus de  15 000 collectionneurs et amateurs d’art. L’édition 2017 accueillera 38 galeries provenant de 19 pays avec de nombreux nouveaux venus : 5 pays du continent africain (Angola, Côte d’Ivoire, Ouganda, Sénégal et Tunisie) et 4 pays européens (Suisse, Belgique, Italie et Espagne).

(suite…)

L’Afrique s’expose cet été à Paris

Deux expositions mettent l’Afrique et sa richesse artistique à l’honneur. La première se tient à l’Institut du Monde Arabe. Intitulée « Trésors de l’islam en Afrique. De Tombouctou à Zanzibar », elle se termine le 30 juillet. La deuxième se tient, quant à elle, à la Fondation Vuitton jusqu’au 28 août. Consacrée à l’art africain dans son ensemble et dans son expression contemporaine, elle met en balance l’Afrique du Sud où les artistes sont confrontés à la violence sociale et celui de l’Afrique Noire avec sa débrouille, son imagination fertile et résolument optimiste.

(suite…)

Safari au Botswana, le parc national de Chobe

Situé dans le nord-est du pays, non loin de la frontière avec le Zimbabwe, le parc de Chobe est parfait pour réaliser son rêve de safari au Botswana. Créé en 1968, il est le troisième plus grand parc national du Botswana avec une superficie de 10 566 km². Le parc de Chobe est réputé pour sa population d’éléphants, une des plus importantes d’Afrique avec plus de 50 000 pachydermes recensés, mais aussi pour la diversité de sa faune et de sa flore grâce à la présence du fleuve Chobe en eau toute l’année. En saison sèche, la rivière attire d’ailleurs les éléphants du parc de Hwange, situé au Zimbabwe voisin.

(suite…)

Safari au Botswana, la réserve de Moremi

Moremi est une réserve naturelle, et non un parc national, de 4 968,30 km2 qui englobe environ 30% du delta de l’Okavango dont la grande île de Chief Island, la région de Mopane Tonque et une partie des rives de la rivière Khwai réputées pour ses  habitats de forêts-galeries et ses méandres. Située à l’ouest du delta, elle doit son nom au chef du peuple des Batawana de Ngamiland, dont la veuve, inquiète de l’épuisement rapide des ressources naturelles, prit l’étonnante initiative de proclamer son territoire réserve naturelle en 1963.

(suite…)

Safari au Botswana, le delta de l’Okavango

Le delta de l’Okavango est un des plus grands deltas intérieurs du monde avec une superficie de 18 000 km², soit la moitié de la Belgique. Situé dans le nord du Botswana, il est alimenté par le fleuve Okavango, long de 1 500 km, dont les eaux se dispersent dans le désert du Kalahari au lieu de se jeter dans la mer. Grâce ce phénomène particulier, le delta abrite de nombreux biotopes différents qui attirent une grande variété d’animaux. Outre les éléphants, les buffles, les hippopotames, les crocodiles et les rhinocéros, l’endroit est réputé pour ses antilopes rares telles que le lechwe, le grand koudou, l’hippotrague noir et le sitatunga. Le tout sans oublier de nombreux félins (lions, léopards, lycaons, guépards…) et des centaines d’espèces d’oiseaux. Le delta de l’Okavango, avec ses milliers d’îles et son labyrinthe de cours d’eau, est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

(suite…)